Les attendus

Dans différentes controverses académiques internationales en sciences sociales, on observe depuis une décennie une même tendance à la réévaluation de la place des émotions et des sentiments dans les travaux empiriques et dans les schémas explicatifs (en histoire avec l’hypothèse d’un affect turn mais aussi en géographie -l’émotivité de la vie socio-spatiale-, en philosophie -le désir dans la formation des idées et l’équipement politique des passions-, en neuroscience -les sources de la conscience et le libre arbitre-, en psychosociologie, en psychanalyse…). Coté science politique, Philippe Braud a exploré la voie sur les élections puis a progressivement élargi le spectre jusqu’à ses travaux récents sur la colère des foules et sur les engagements affectifs et moraux à long terme, impulsant des recherches fécondes sur des objets aussi divers que la démocratie, les violences, le pouvoir ou les identités (Sommier Crettiez 2012). La mise à l’épreuve des émotions fait dorénavant l’objet de recherches spécifiques dans le champ politique, à l’image par exemple des études menées sur les mobilisations collectives par Christophe Traïni et de George Marcus sur le citoyen sentimental, des travaux de sociologie sur la dimension passionnelle du pouvoir, des essais de psychologie sur les révoltes, des recherches historiographiques sur la violence des échanges en milieu parlementaire…

Cette effervescence questionne la façon dont les émotions influencent, orientent et parfois même structurent les comportements et les faits politiques. Au vu de la grande hétérogénéité de méthodes et de concepts mobilisés dans ces travaux, nous souhaitons ouvrir une « boite de dialogue » pour relier ces champs de connaissance spécialisés ou méconnus, pour dresser un bilan sur les différentes traditions intellectuelles en présence et pour engager un exercice prospectif sur de potentielles convergences et innovations intellectuelles. Trois pistes en constituent le fil rouge. La première, la socialisation politique des individus et les mobilisations collectives, concerne le repérage des empreintes émotives individuelles qui éclairent, a posteriori, des engagements forts dans l’action politique (qu’il s’agisse de traumatismes familiaux, d’épreuves personnelles, d’évènements marquants, de rencontres décisives, de contextes culturels saillants ou même de sentiers de dépendance aux institutions locales). La deuxième piste inscrit les passions exprimées dans la pratique du pouvoir et du leadership. Elle permet de revisiter différentes séquences qui marquent, par leur intensité émotive, le parcours et le métier des élites politiques. On pense aux ressorts personnalisés de l’éligibilité mais aussi à la dramaturgie des campagnes et des défaites électorales, aux affrontements et compromis dans les arènes politiques, aux pactes scellés au cœur des forums de politiques publiques. La troisième piste enfin porte sur l’action publique et la production des grands récits sur le bien commun. Elle concerne l’ensemble des pratiques discursives et narratives qui donnent aux émotions une place stratégique de réenchantement politique, que ce soit dans le champ plutôt sectoriel (et catégoriel) des mobilisations et des doctrines professionnelles, dans celui plus spatialisé (et identitaire) des stéréotypes territoriaux, ou encore dans celui plus idéologique (et emphatique) des discours sur la défense de l’intérêt général.

La focale des champs explorés se révèle résolument ouverte, embrassant des objets aussi divers que le personnel et les discours politiques, les controverses dans l’analyse des politiques publiques, la représentation et le comportement électoral. Elle s’intéresse également à différents moments politiques : la prise du pouvoir, la présentation de soi, les contestations, les alertes ou encore les scènes délibératives.

30 propositions ont été retenues, qui illustrent la diversité des angles d’attaque de la question, mais aussi l’intérêt que suscite la perspective d’une politique des émotions. Une dizaine de disciplines seront représentées, de la psychologie à la sociologie, en passant par l’histoire, l’anthropologie et, bien sûr, la science politique. Plusieurs pays seront représentés, selon une parité homme-femme parfaite, et avec deux tiers d’enseignants et chercheurs titulaires et un tiers de jeunes chercheurs, docteurs ou doctorants.

Ces communications posent, de façon variable selon les auteurs, la double question de l’émotion comme dimension du politique et comme ressort de politisation. La première acception pense l’émotion comme catégorie essentielle du politique, dont les sciences sociales et humaines ont insuffisamment pris la mesure. La seconde pense l’émotion dans une perspective plus instrumentale, mais aussi plus contextuelle. À cette dualité d’usage correspondent toute une série d’oppositions que nos échanges permettront d’établir et de falsifier. L’émotion est-elle de l’ordre de l’archaïsme ou de la modernité ; de l’essence ou de la manipulation ; de l’individualisation ou du bien commun ; de l’exaspération ou de la pacification des conflits ? Les interventions seront discutées sur différents objets d’études. Certains concernent les thèmes de l’honneur, des identités et de la fierté. Les émotions politiques sont ici étudiées dans la socialisation enfantine, en tant que marqueur genré, au sein des partis, au cœur de l’activité parlementaire, dans la structuration de certains groupuscules, dans les entreprises mémorielles portées par des communautés locales… D’autres concernent la politique des émotions à l’épreuve des colères, des contestations et des mobilisations. Les communications s’intéressent aux productions littéraires, à des groupes de pression, à des mobilisations sociales, à des politiques publiques contestées… D’autres encore concernent l’entrée connexe de l’émotion au cœur des processus de violence, de consensus et de contestations. Les analyses portent sur le traitement d’événements traumatiques, les récits de guerre, la défense des individus en milieu répressif, le rejet des actes de violence…

Compte tenu du nombre de participants retenus, les papiers ne seront pas présentés par leurs auteurs, mais synthétisés au sein de sessions critiques avec le concours de discutants et de « grands témoins ». Pour favoriser cette forme de mise en discussion, il a été demandé aux communicants de rédiger leur communication en détaillant un terrain puis en précisant le cadrage théorique et les passerelles rendues possibles ou souhaitables entre différentes traditions analytiques. Même si l’hypothèse d’un emotional turn est loin d’être validée dans les champs de la science politique et de la sociologie politique, la section thématique se fixe pour objectif d’amorcer un travail collectif résolument introspectif et exploratoire dans ce monde des émotions qui interfèrent avec la politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *